Forcalquier et environs

Nous partons dans le sud pour quelques jours. Forcalquier est une petite ville de Provence avec ses ruelles étroites en pente, sa citadelle et ses vielles pierres.

L'écrivain Pierre Magnan a situé quelques-uns de ses romans dans cette ville et ses environs, avec pour héros le commissaire Laviolette.

Les pastis Bardouin, les parfums de l'Atelier du parfumeur et bien d'autres profitent de la variété des herbes aromatiques et des champs de lavande.

Depuis la citadelle, nous jouissons d'une vue étendue sur les environs.

 

Banon

A quelques kilomètres de là, nous visitons Banon et sa librairie extraordinaire sur 5 étages et ses milliers de références, ceci dans une localité de moins de 1000 habitants. Sa réputation dépasse largement la région.

Une visite dans ses rayons avec des passages étroits, des escaliers en colimaçon et d'aimables libraires vaut le détour.

Dans les environs, Roussillon et ses ocres, restent incontournables. Ces pigments naturels ont été utilisés dès la préhistoire, on en retrouve sur les parois des grottes. Mais en 1780, Jean Etienne Astier, un habitant du village de Roussillon, découvre qu'après traitement l'ocre devient un colorant inaltérable et non toxique.  

Au XIXème siècle, l'exploitation du minerai devient industrielle. Le pigment est utilisé dans la fabrication des crépis des maisons provençales, parce qu'il résiste à la chaleur et au soleil.

Le village des Bories à quelques kilomètres de Gordes a été entièrement restauré dans les années 60. Une courte visite à pied avec un topo-guide nous fait découvrir ces constructions faites au XVIIème et XVIIIème siècles avec les cailloux récupérés dans les champs environnants. Ces maisons pratiquement sans fenêtres servaient de logis saisonnier aux agriculteurs qui habitaient trop loin pour y venir régulièrement.

  • Four à pain

  • Intérieur habitation

  • Il faut se pencher pour entrer

Au-dessus de Forcalquier, une randonnée de 6-7 kms permet de rejoindre les Mourres. Le sentier serpente parmis les fleurs et les buissons du maquis. Avec la chaleur du printemps, les effluves des plantes aromatiques du maquis embaument. Dommage que l'on ne puisse pas transmettre ces odeurs.

Le site des Mourres est réputé pour ses édifices calcaires résultant de l’érosion différentielle de formations lacustres datées de l’Oligocène. Les rochers des Mourres évoquent d’étranges silhouettes et ont donné lieu à des légendes.